rondin


rondin

rondin [ rɔ̃dɛ̃ ] n. m.
• 1532; « tonneau » 1387; de rond
1Techn. Morceau de bois de chauffage qu'on a laissé rond (cylindrique) (opposé à bois refendu).
2(1875) Cour. Tronc d'arbre (notamment de sapin) employé dans les travaux de tranchée, de construction. Une cabane en rondins.

rondin nom masculin (de rond) Bois de chauffage, scié aux longueurs d'usage, dont le diamètre est généralement compris entre 7 et 12 cm. Bille non équarrie, dans le commerce des bois tropicaux.

rondin
n. m.
d1./d Morceau de bois cylindrique, non refendu.
d2./d Tronc utilisé en construction, dans les travaux de soutènement, etc. Abri en rondins.

⇒RONDIN, subst. masc.
A. — 1. Morceau de bois de chauffage qui n'a pas été fendu et présente encore une forme ronde. Rondins de chêne, de hêtre. La soirée était d'un froid vif, avant-coureur de l'hiver. Aussi, lorsqu'une brassée de sarments flamba devant mes genoux, entre deux ou trois rondins, j'éprouvai quelque réconfort (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 293). Cet antre où, durant l'hiver, un demi-stère de rondins est empilé (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 113).
2. Vieilli. Gros bâton. J'allai derrière l'auberge abattre des noix sous le grand noyer, et (...) mon rondin les faisait rouler par douzaine (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 330). Quand arrive le magistrat (...) Guignol l'abat sans pitié, du revers de son rondin (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 35).
3. Spécialement
a) CONSTR. Tronc d'arbre non équarri et, en partic., tronc de sapin, employé dans les travaux de tranchée, de construction, etc. Banc, mur, pont, toit de rondins; cabane en rondins. Sous le lent écrasement qui faisait éclater des rondins de chêne gros comme la cuisse, on se coulait à plat ventre, avec la sourde inquiétude d'entendre brusquement craquer son dos (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1167). Le mur qui met les spectateurs hors de l'atteinte des taureaux, est fait de rondins espacés, attachés par des cordes aux poutres de soutien (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p. 205).
b) TECHNOL. Cylindre de bois utilisé pour façonner les plaques de plomb destinées à la fabrication des tuyaux (d'apr. CHABAT 1881, p. 12).
B. — AMEUBL. Petit traversin placé sur une chaise, un fauteuil, un canapé et destiné à soutenir les reins. À la fin du siècle dernier, le rondin était apprécié (...). Aujourd'hui, il a presque disparu et ne trouve plus d'emploi que sur les sièges de personnes valétudinaires ou âgées (HAVARD 1890).
C. — Argot
1. Rondin (jaune). Pièce d'or. — Ah! s'écria La Pouraille, s'il voulait cromper ma sorbonne (sauver ma tête), quel viocque (vie) je ferais avec mon fade de carle (ma part de fortune), et mes rondins jaunes servis (et l'or volé que je viens de cacher) (BALZAC, Splend. et mis., 1847, p. 547).
2. Écu de cinq francs. — Et combien que ça coûte, ste bête? — Un rondin, deux balles et dix Jacques. — N... de D...! sept livres dix sous (VIDOCQ, Mém., t. 3, 1828-29, p. 160).
3. Sein. Elle avait débridé son corsage et laissait voir ses rondins (BRUANT 1901, p. 148). Elle avait de la fesse (...) et des rondins bien mignons (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 260).
D. — HABILL. Veste courte, munie de poches et à pans arrondis que portaient les garçons de café. [L'élève] de Charlemagne fit le café. Il manquait la goutte. On vendit (...) des tranches de copie à des bouche-trou de Stanislas et de Rollin qui avaient (...) des rondins de drap fin et de l'argent dans leurs goussets. Nous eûmes une bonne rincette (VALLÈS, J. Vingtras, Enf., 1879, p. 329).
REM. Rondiner, verbe trans., vieilli, pop. Battre à coups de rondins. Au lieu de rondiner sa femme, Comme ça s'fait quand on s'aime bien (LARCH. 1859, p. 91).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1387 « sorte de tonneau » (E. DE FRÉVILLE, Mém. sur le comm. mar. de Rouen, t. 2, p. 156: tonnel ou pipe ou tout autre rondin); 2. a) 1391 « morceau de bois rond » (Registre criminel du Châtelet, éd. Sté des Bibliophiles fr., t. 2, p. 18: un gros baston par maniere de rondins [...] baston de rondin); b) 1532 [et non 1526] « morceau de bois de chauffage rond et court » (CH. DE BOURDIGNÉ, Légende de Me Pierre Faifeu, éd. F. Valette, p. 17: souches, boys, rondins, torches); c) 1676 plomb. « cylindre de bois » (FÉLIBIEN, p. 727); d) 1701 « gros bâton » (FUR., s.v. rondiner: donner à quelcun des coups de rondin); 1718 (Ac.); e) 1843 « tronc d'arbre employé dans les travaux de construction ou dans les tranchées » (GAUTIER, Tra los montes, p. 113: pavillon [...] bâti en rondins); 1872 (VIOLLET-LE-DUC, Archit., p. 179); 3. 1749 « coussin cylindrique placé sur un fauteuil » (Mém. de la Sté de l'hist. de Paris, 1899, p. 43: le dossier et rondin [d'une duchesse]). Dér. de rond1; suff. -in. Fréq. abs. littér.:69.

rondin [ʀɔ̃dɛ̃] n. m.
ÉTYM. 1526; « tonneau », 1387; de rond.
1 Techn. Morceau de bois de chauffage qu'on a laissé rond (cylindrique) opposé à bois refendu. Rondins de pin (→ Provençal, cit. 1).
2 (1875). Cour. Tronc d'arbre (spécialt, de sapin) employé dans les travaux de tranchée, de construction. || Cabane en rondins.
0 Après la masse grise de la fromagerie, nous trouvâmes le petit chemin de terre annoncé. Il franchit un ruisseau sur un pont de rondins.
Jacques Laurent, les Bêtises, p. 76.
3 (1690). Vx. Gros bâton.
4 (1676). Vieilli. Cylindre de bois utilisé dans la fabrication des tuyaux de plomb.REM. On dit aussi rondie (1803) n. f., et rondine (1821) n. f.
5 (V. 1880). Vx. Veston court à pans arrondis, porté à la fin du XIXe siècle par les garçons de café (in Vallès).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rondin — Rondin. s. m. Gros baston rond. Un petit rondin. un gros rondin. voilà une voye de bon bois, ce sont des rondins de hestre, des rondins de chesne. ce n est pas du bois carré, ce sont des rondins …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Rondin — Surtout porté dans l Ouest (22, 35), également présent dans l Allier, c est un diminutif de l adjectif rond , surnom donné sans doute à un personnage grassouillet. Diminutifs : Rondinaud (16), Rondineau (44), Rondinet (21) …   Noms de famille

  • rondín — sustantivo masculino 1. Origen: Argentina, Bolivia, Chile. Vigilante nocturno. 2. Área: economía Origen: Bolivia, Perú. Instrumento de viento hecho de madera y con lengüetas metálicas para producir el sonido …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • rondin — Rondin, m. acut. Est une espece de mesure de grains, et contient un picotin et demi, ou environ, et en conte on quatre pour le boisseau, usité au bailliage de Melun …   Thresor de la langue françoyse

  • rondín — 1. m. Ronda que hace regularmente un cabo de escuadra para celar la vigilancia de los centinelas. 2. En los arsenales de marina, hombre destinado a vigilar e impedir los robos. 3. Bol. y Chile. Individuo que vigila o ronda de noche. En Chile,… …   Diccionario de la lengua española

  • rondin — (ron din) s. m. 1°   Morceau de bois de chauffage qui est rond, c est à dire qui n est pas fendu, et qui se dit par opposition à bois de quartier. Des rondins de hêtre. •   Un pâté sur un rondin de bois, avec un verre à moitié plein de vin, DIDER …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • RONDIN — s. m. Morceau de bois de chauffage, qui est rond. Un petit rondin. Ce sont des rondins de hêtre, des rondins de chêne. Ce n est pas du bois de quartier, ce sont des rondins. RONDIN, signifie aussi, Un gros bâton. Il lui a donné sur les épaules… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RONDIN — n. m. Morceau de bois de chauffage, qui est rond, par opposition à celui qui est fendu. Un petit rondin. Rondins de hêtre, Rondins de chêne. Ce n’est pas du bois de quartier, ce sont des rondins. RONDIN désigne aussi un Gros bâton. Frapper… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Rondin — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Rondin peut désigner : le rondin de bois, un tronçon de branche d arbre de section ronde. un autre nom de l ablette, un petit poisson d eau douce.… …   Wikipédia en Français

  • rondín — ► sustantivo masculino 1 MILITAR Ronda que hace un cabo para comprobar la vigilancia de los centinelas en sus respectivos puestos de guardia. 2 HISTORIA Antiguo vigilante de los astilleros y de los arsenales de la marina. ► sustantivo masculino… …   Enciclopedia Universal